La clause d'indexation d'un contrat de location-gérance et de bail qui ne peut être révisée qu'à la hausse est nulle

Chrystel DILOY |  2 juin 2020 |  , , , , , , , ,

Site web

Une société propriétaire d’un fonds de commerce d’hôtel-bar-restaurant donne ce fonds en location-gérance à une seconde société.
Le contrat de location-gérance et de mise à disposition locaux prévoit une clause d'indexation.
Or, cette clause d'indexation de redevance et de loyer stipule que la redevance et le loyer ne peuvent qu'être révisés à la hausse.
Le propriétaire ne perçoit donc des sommes qui ne peuvent qu'être augmentées.

Cette clause, objet du litige, est contestée. Elle prévoit que pour le cas où la variation annuelle de l'indice choisi serait inférieure à 2,50 %, le montant de la révision sera de + 2,50 %.
La Chambre commerciale de la Cour de cassation décide qu’est nulle une telle clause d’indexation excluant la réciprocité de la variation.
Par l’effet du seuil plancher ainsi stipulé, le loyer révisé ne pouvait pas être ramené à un montant inférieur au loyer de base précédant la révision.

Cass. com., 18 mars 2020, n° 18-22.050, Légifrance
Article L. 144-1 et suivants du Code de commerce
Article L. 112-1 du Code monétaire et financier

Sur le même sujet...

Terrasses et CHR : autorisation, conditions, redevance et retrait

Terrasses et CHR : autorisation, conditions, redevance et retrait

 , , , , ,

L'occupation de terrasses par les CHR (débits de boissons et restaurants), obéit à diverses conditions et relève d'un certain régime. Quels sont-ils ?

Terrasses et CHR : occupation du domaine public et différentes catégories de terrasses La question des terrasses et CHR a toujours...

Lire la suite


Eau et CHR : vente, groupe, licence et prix

Eau et CHR : vente, groupe, licence et prix

 , , , , , , , , , , ,

L'offre ou la vente d'eau au sein des CHR est soumise à des règles : quelles sont-elles ?

Eau et CHR : une boisson du 1er groupe (« boissons sans alcool ») La question de l’eau et CHR peut...

Lire la suite


Bail et travaux de sécurité prescrits par l'administration : qui doit les supporter ?

Bail et travaux de sécurité prescrits par l'administration : qui doit les supporter ?

 , , , , , , ,

La Cour de cassation précise qu'en matière de bail et travaux de sécurité prescrits par l'administration, ceux-ci demeurent à la charge du bailleur. Il ne peut en être autrement sauf clause contraire et expresse..

Bail et travaux de sécurité : le récurrent problème relatif à leur financement La question du bail et des travaux de...

Lire la suite